Concept et +
Clic !

Concept

ED c'est quoi ? Un forum RP oui, mais pas seulement.

C'est un forum sans prise de tête ou le jeu et le partage doivent primer dans le respect de l'IRL de chacun.
Mais c'est aussi un forum pensé pour ces membres ... Par ces membres. Pourquoi ?
Simplement parce que VOUS êtes la clef de notre évolution. Sur ED, ce sont vos histoires, vos choix et nos partages qui feront avancer l'intrigue.
Bien sûre, nous vous réservons des surprises, mais nous ne sommes pas maître de leur révélation, ce sont vos periginations dans notre monde qui obligeront le staff à réagir et vous dévoiler ses secrets.

Mais ce n'est pas tout, sur ED vous êtes libre ...
Libre de créer vos personnage au grès de vos envies. Libre de créer votre propre espace de jeu et surtout, de le rendre interactif et libre de choisir qui ou ce que vous incarnerez. En effet, ici, les races jouables sont en constante évolutions, en fonction de vos envies.
Il ne tiens qu'à vous de proposer une race, selon vos envies et si vous avez besoin d'une référence, et bien, allez donc jeter un oeil par ici :

Dol Celeb

At This Moment

Rumor's box


Pseudo — Rumeur 1.
Pseudo — Rumeur 2.
Pseudo — Rumeur 3.
Envoyer une rumeur



Pour nous faire connaître !


/!\ Pensez à signaler vos Rp clos : ici !/!\

Find your Place

Weather

1 mois RP = 3 mois IRL.
/!\Penser à dater vos RP /!\
Nous sommes au :

Printemps 2301

(Début Mars - Fin Mai)
Néo-Génesis :
Moyenne des températures entre 10°C et 20°C
Il pleut moins sur la cités et la neige à été évacuée avant de fondre et rendre les rues impraticable.
Les premiers rayons de soleil montre timidement le bout de leur nez et l'air est plus chaud. Depuis la réserve naturelle la ville s'emplit d'un doux parfum fleurit.
Autres Cités :
Moyenne des températures entre 15°C et 20°C à Naturalis et Seishin.
Entre 20°C et 25°C à Mao de Deus.

Music is Life


©linus pour Epicode
Black Out
Bon à Savoir :

Effectifs :
WGFP : XX Divinités ▲ 02 Créatures ▲ XX Mutants ▲ 02 Amplifiés ▲ XX Humains ▲ XX Androïdes

WLFC : 01 Divinité ▲ XX Créatures ▲ XX Mutants ▲ XX Amplifiés ▲ XX Humains ▲ XX Androïdes

WMFD : XX Divinités ▲ XX Créatures ▲ XX Mutants ▲ XX Amplifiés ▲ XX Humains ▲ XX Androïdes

MOB : 01 Divinité ▲ 07 Créatures ▲ 01 Mutant ▲ XX Amplifiés ▲ 01 Humain ▲ XX Androïdes

IKN : XX Divinités ▲ XX Créatures ▲ 02 Mutants ▲ XX Amplifiés ▲ 03 Humains ▲ XX Androïdes

Voir les Camps et Espèces
Influence :
WGFP :

WLFC :

WMFD :

MOB :

IKN :

Quésaco ?


Demandes :

Demande de RP :
XXX : WWW
XXX : WWW
XXX : WWW
XXX : WWW
Ma recherche ici ?
Demande de Liens :
XXX : WWW
XXX : WWW
XXX : WWW
XXX : WWW
Ma recherche ici ?
Eternal Drowsiness
Post-apo • SF-Fantastique ▲ +16 • Lime • Yuri • Yaoï • Seinen (sous hide) ▲ Pas de contraintes RP
Si vous voulez connaître nos secrets, il vous faudra oser passer votre curseur sur tout ce qui bouge (particulièrement vos deux guide sur la bannière) !



 

Azuko, une renarde dans la ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Registres :: Registres de recensement :: Registres Classés :: My Only Boss
MessageSujet: Azuko, une renarde dans la ville Mer 19 Oct 2016 - 20:31

Azuko
Feat Ahri (League of Legends)
Azu ¤ 1300 ans environ ¤ Créature surnaturelle ¤ Kitsune ¤ MOB ¤ bisexuelle ¤ Célibataire

Carte d'Identité
Pour aller plus loin
Situation

Métier : ça dépend !
Placement Social : une question du rôle du moment !
Résidence : un logement à Seishen mais faudrait que j'y sois tout le temps :p
Cité de Naissance : dans bois sacrés du Japon


Qu'en Pensez-vous

Androïdes : des golems dont l'absence d'âme ternit les couleurs du monde.
Amplifiés : la concrétisation du rêve absurde de l'homme de briser les lois de la nature.
Surnaturelles : les forces cachées du monde participant à son équilibre.


Derrière l'écran

Pseudo : Ervael principalement su la toile
Age : la trentaine et plus car affinités
Expérience RP :13 ans
Où nous as-tu trouvé ? Mon réseau d'espions
En cas de départ, que souhaite tu pour ton perso ? On va choisir disparu si cela arrivait.
Un commentaire ?

Physique

Azuko, c'est 1m65 de kitsune pour...non on demande pas le poids d'une demoiselle ! Sa peau est claire, sur une silhouette fine mais athlétique, avec de belles formes que cela soit au niveau de la poitrine, des hanches et des fesses. Puisqu'on est descendu à cette partie de son anatomie, en tant que kyubi elle possède neuf queues de renarde de couleur blanche. Sous sa forme animale, elle est d'ailleurs une renarde au pelage totalement blanc.

Son visage est souriant, fin aux yeux dorés et au regard animal, sa tête surmontée de ses oreilles de renarde au pelage noir. Elle a des lèvres un peu pulpeuses et elle a deux petites fossettes quand elle sourit. Le tout est encadré par des cheveux noirs comme le jais si bien que la lumière fait des reflets très visibles dessus. Ils sont lisses et très longs lui descendant jusqu'à mi cuisse. Si bien que si sur le devant du visage elle les laisse libre, elle fait une grande natte pour les autres, dont le lien est un gros ruban rouge.

Le rouge est d'ailleurs sa couleur favorite, une couleur pleine de passion ce qui la caractérise bien dans sa vie. Elle l'associe souvent au blanc qui représente à la fois son céleste et bienfaisant. Sa tenue principale, celle de Azuno la kyubi est une tunique japonaise, décolletée aux épaules dénudées et deux manches, avec des bordures et décorations dorées. Une tenue il faut l'avouer assez sexy, mais qui ne fait pas aguicheuse par l'attitude de sa propriétaire qui est assez noble (sauf si elle le fait exprès bien entendu).


Caractère

Le bien et le mal sont des notions qui régissent le monde et son présentes partout, y compris hhez les kitsune.  Bienveillantes ou malfaisantes, il en existe des deux types, Azuko faisant partie de la première catégorie, déplorant l'existence des secondes, qui ne leur font guère bonne réputation. Encore plus pour comme les kyubi comme elle, automatiquement rangées dans la catégorie vilaine bêtes démoniaques à cause de cela mais aussi parce que leur rang et leurs capacités effraient les hommes. Ce qui est assez blessant d'être mal considérée alors que l'on a pas de mauvaises intentions. Encore plus quand cela vient d'une personne avec qui on s'était attaché et qui change au moment où elle découvre la nature véritablement de l'autre.

Parce que si Azuko possède ce côté facétieux comme toutes les kitsune, là où certaines le font pour en tirer profit ou juste pour faire du tort, elle ne le fait que par amusement. Du moins le plus souvent, car il peut arriver que revancharde, cela soit une de ses armes pour de petites vengeances. Rien de méchant donc, elle ne cherche jamais à faire du mal et il ne faut pas voir dans son côté facétieux qu'elle fait la folle. Elle a un certain enthousiasme et dynamisme, mais elle a aussi de la noblesse. Évitez cependant de la mettre en rogne, être gentille et noble ne veut pas dire se laisser faire pour autant. S'il faut se battre, elle montre une certaine hargne et ténacité, sachant très bien utiliser et ses capacités et donner également des pains. Un aspect combatif qu'il vaut mieux ne pas éveiller car étant une kyubi, elle n'est pas à prendre à la légère. Elle ne se bat pas pour autant à tout va, elle ne le fait que pour une cause qu'elle estime juste et qui mettrait en péril l'ordre des choses. De son point de vue, il y a du bien et du mal partout. Si des humains l'ont vue comme un démon, d'autres ont été bienveillants envers elle. Aussi elle ne juge pas une espèce par rapport à quelques individus. A part tout ce qui est canidé, mais ça c'est génétique, c'est comme chien et chat.

Comme toutes celles de son espèce la ruse va de pair avec l'intelligence et elle possède un grand savoir. On peut dire que Azuko est une éponge à connaissances, sa culture générale est grande, mais ne repose pas seulement  sur le fait qu'elle ait vécu déjà plusieurs siècles. Azuko aime apprendre et on trouve chez elle des livres à peu près sur tout, entassés depuis des années, ainsi que divers objets, lubies d'une moment pour s'amuser ou ayant attiré son intérêt. Si vous lui dites qu'elle est vraiment savante, elle répondra simplement « Je ne sais pas tout, je ne sais que ce que je sais ». Cependant le savoir ne s'acquiert pas que dans des livres mais aussi par l'expérience. Elle aime donc parcourir le monde  pour vivre de nouvelles expériences et apprendre de nouvelles choses. Comme elle adore aussi tout ce qui a trait au divertissement, il faut bien sortir de toute manière pour s'amuser. Pour elle le monde est donc un vaste terrain de jeu et d'apprentissage. Aussi elle change régulièrement d'endroit, mais également d'activité. Elle fait en fonction de ses envies, mais aussi si elle est arrivée au terme de ce qu'elle voulait vivre ou apprendre quelque part. Elle n'a pas de soif comme peuvent avoir les hommes, de puissance, d'argent ou autre. Elle fait en fonction d'elle, ce qui lui plaît, ce qu'elle désire, ce qu'elle a besoin et cela n'est jamais superficiel. Tout ce qui est obtenu juste pour l'avoir est de son point de vue idiot et inintéressant, n'élevant en rien l'esprit ni ne procurant du plaisir. Seulement une satisfaction factice, superficielle et n'ayant aucune valeur.



Suite


Carte d'Identité
Pour aller plus loin
Pouvoirs/Capacités

Henkei (Métamorphose) : comme toute kitsune, Azuko peut changer d'apparence à plusieurs niveaux :
- oreilles, queues de renarde masquées, yeux changés (durée max : 18h00/jour)
- apparence inventée (durée max : 12h00/jour)
- imitation (durée max : 6h00/jour)

Shinkouteki Kyuutai (Orbe Spirituelle) : Azuko crée une orbe à partir de son énergie spirituelle et peut l'utiliser de différentes manières.
- Shouten (Focus) : elle peut la projeter comme elle veut. N'étant pas matérielle, elle traverse tout, mais peut toutefois si Azuko le décide toucher du non-immatériel. Quand l'orbe traverse les êtres organiques, elle leur cause des dommages, touchant directement l'intérieur du corps.
- Ankyo (Drain) : elle vole de l'énergie spirituelle sur la cible quand l'orbe la traverse. Azuko ne s'en sert qu'en cas de nécessité, car elle peut récupérer de l'énergie autrement.
- Heki (Burst) : elle fait exploser son orbe.
- Toku (Bouclier) : l'orbe grossit et entoure Azuko pour la protéger.

[i]Akashi Houtei
(Preuve de compassion) : Azuko utilise son énergie spirituelle pour soigner des blessures.

Taijutsu : par sa nature et ses connaissances, Azuko maîtrise cet art dit d’origine (duquel sont nés d’autres arts). Il se décline en trois disciplines : Dakentaijutsu (techniques de blocages), Jūtaijutsu (projections) et Taihenjutsu (chutes, esquives, postures). Avec l'aide de son énergie spirituelle, elle peut si elle désire renforcer une technique quelques instants.

Kokoro Ayatsuri (Manipulation d'esprit): un pouvoir qui permet d'influer sur l'esprit des gens, en les ayant en face d'eux ou à travers les rêves. Azuko l'utilise avec sagesse, car elle juge qu'il en faut pas abuser de ce genre de manœuvres et si ce pouvoir était utilisé sur une personne à l'esprit fort, elle pourrait être démasquée.

Youjutsu (Sorcellerie): comme toute kitsune à neuf queues, Azuko a des dons de sorcellerie mais dans le domaine de la voyance. Prémonition, capacité de sentir, voir quelques chose en train de se dérouler de manière distincte ou par flash. Le souci étant que comme pour Mind Break, dans le cas d'un événement en cours, une personne a esprit fort peut se sentir épiée et une ayant des pouvoirs de divination peut la voir et la démasquer.

Jibun Ayatsuru  (Manipulation du temps) : Azuko peut influer sur le temps. Elle peut brièvement le ralentir ou l'arrêter ce qui lui permet de se déplacer plus vite ou agir plus rapidement. Un autre aspect de ce pouvoir est dans la théorie de pouvoir remonter le temps. Elle ne l'a cependant jamais utilisé car cet aspect du pouvoir est dangereux à la fois pour elle car il demande beaucoup d'énergie et aussi sur le fait que modifier une timeline peut avoir de lourdes répercutions.

Hotarugari Nihyakuhatsuka  (Tempêtes des lucioles) : Azuko s'élève en l'air et trois lucioles tournent autour d'elle. Plus longtemps elle incante, plus les lucioles et grossissent. Elle les lancent ensuite vers son on ses adversaires et elles provoquent de grandes explosions à l'impact.  


Faiblesses

Spiritual Energy : les pouvoirs de Azuko reposent sur l'énergie spirituelle, chaque fois qu'elle utilise un pouvoir cela lui en consomme sur le moment ou sur la durée (comme pour le Shapeshift). Plus le pouvoir est puissant, plus cela lui en consomme, certains d'entre eux pouvant demander d'importantes quantités. Elle doit être prudente avec ceci car vidée totalement de cette énergie peut être fatal.  Plus le pouvoir est conséquent, plus la consommation est grande et cela demande un temps de récupération. Il lui faut donc selon combien elle en consommé 5-8h00 de sommeil complètes pour en récupérer la totalité. Elle peut aussi en récupérer en méditant, mais le gain est inférieur à un repos total.

Peur des toutous : Azuko a beau être une renarde à neuf queues et donc parmi les plus fortes, la peur de tout ce qui est canin est en elle. Ainsi si face à un chiot on sent qu'elle ne les aime pas, cela peut aller jusqu'à une véritable peur face à une créature surnaturelle de ce type.[/list]



Histoire


Terre des yokai, le Japon compte en sont sein depuis la nuit des temps des esprits de toutes sortes. Certains sont uniques, d'autres constituent des races à part entières et tous participent au folklore du pays, à travers les nombreux récits les mettant en scènes. Les kitsune font partis des races les plus populaires, dont Tamamo-no-Mae est sans nul doute la plus grande représentante, faisant partie du nombre restreint des renardes à neuf queues et dont l'histoire est liée à celle de Toba no In, celui que l'on surnommait l'Empereur retiré. Tamamo n'était pas une kitsune comme les autres dans ses origines car on raconte qu'elle était un reflet d'Amaterasu. Pourquoi la déesse l'avait-elle créé est un mystère, qui encore aujourd'hui reste entier, faisant partie du secret des dieux. Ce que l'histoire ignore, c'est qu'Amaterasu regretta le destin qu'elle offrit à Tamamo, car aussi exceptionnel fut-il, la kitsune connu plusieurs revers avec les hommes et une fin tragique. Ainsi alors que Tamamo était sur Terre et allait vivre les trois cent dernières années de sa vie, Amaterasu décida de créer une autre kitsune, une histoire dont aucun écrit ne fit mention...



Comme Tamamo, par ses origines différentes des kitsune communes, celle-ci serait puissante et atteindrait le statut de kyubi, de renarde céleste à neuf queues. Son destin serait donc de mener une longue existence et elle serait bienveillante. Ainsi Amaterasu la baptisa Azuko signifiant l'enfant de la longévité et de la félicité. Azuko ne serait pas placée sur Terre au sein d'une communauté de kitsune comme Tamamo. Amaterasu souhait la confier à sa cousine Sakuya, la divinité des bois, avec qui elle entretenait une très bonne relation. Ce qui changeait la déesse solaire de la relation qu'elle avait avec son frère Susanoo, toujours conflictuelle, les deux kami s'opposant régulièrement pour tout et pour rien. Il fut un jour où lors d'une nouvelle opposition, Sakuya étant présente, elle se rangea aux côté d'Amaterasu, ne faisant qu'attiser la colère de Susanoo. Le kami s'en alla mais il comptait leur faire payer. Il avait eu vent de la création de Azuko et de l'avenir qui lui était prévu et elle en serait le prix. Il l'enleva et la cacha, Amaterasu et Sakuya ne parvenant pas à la retrouver. Elles se doutèrent bien que Susanoo était responsable, mais le kami ne fit que nier toute responsabilité. Il garda Azuko ainsi, mais la kitsune commençait déjà à grandir et elle commençait à marcher à quatre pattes. De plus comme tout nouveau né, il lui arrivait de pleurer, l'absence de sa mère et sa nourrice étant également présentes. Susanoo finit par perdre sa patience. Il ne prit pas le risque de la tuer et l'envoya sur Terre pour s'en débarrasser, la laissant au milieu de nulle-part...



Étant moitié renarde, l'instinct d'Azuko fit qu'à peine le sol touché, elle prit sa forme animale. Inutile de préciser que malgré tout, par son jeune âge, elle était perdue se retrouvant au milieu d'un champ, ne sachant pas où elle était, dans un monde qui lui était totalement inconnu. Elle erra un temps, jusqu'à l'épuisement et fut retrouvée par une enfant, fille de cultivateurs. La fillette reconnu bien entendu une renarde, mais fut attirée par son pelage blanc comme la neige et le fait que l'animal n'était pas adulte. Ses parents cependant furent moins ravis de cette trouvaille. Les renards attaquaient les poulaillers, cependant celui-ci ne semblait pas ordinaire et avait un ruban autour du cou avec les kanji de son nom. Avant de décider s'ils tuaient l'animal ou non, ils allèrent trouver le prêtre du village.

- Un esprit perdu doit être ramené parmi les siens, car les yokai et les kami peuvent se montrer tout aussi reconnaissants envers les hommes que l'inverse.

Ainsi le prêtre effectua un long voyage jusqu'à l'orée d'un bois sacré à quelques centaines de kilomètres de Kyoto. Les kitsune blancs étant souvent associés à Inari, le kami du riz, le lieu lui semblait approprié. Il déposa Azuko qui resta un instant immobile avant de faire quelques pas dans les bois, son instinct la poussant à s'y enfoncer.


Quelques minutes suffirent avant qu'elle se retrouve entourée d'autres kitsune, qui avaient senti le prêtre approcher et l'observait tapis dans l'ombre. Azuko reconnaissant d'autres kitsune reprit alors sa forme mixte. La kitsune qui était l’aînée du clan s'approcha et l'observa, lu son nom à haute voix. Une rumeur parcourut le groupe, car le nom portait en lui le fait que cette kitsune était prédestinée à mener une longue vie et deviendrait certainement une aînée. Elle aurait probablement de trois à cinq à queues, peut-être plus si elle était exceptionnelle. L'aînée la prit dans ses bras et l'emmena. Azuko mena le premier siècle de sa vie en sécurité et dans le bonheur. La vie était simple, s'amuser comme le font tous les enfants. Parmi les jeunes kitsune, cela était la compétition entre qui serait le plus facétieux. Azuko n'était pas la dernière, faisant un certain nombre de bêtises….beaucoup de bêtises. Elle était un peu trop casse-cou, un peu trop curieuse et plus d'une fois cela lui valu de finir devant l’aînée. Elle était cependant gentille, jamais ses actes n'étaient méchants, elle était surtout une jeune renarde dynamique, voulant apprendre et découvrir plus vite qu'elle ne le pouvait. L'aînée ne la réprimandait guère au grand damn des autres du clan, car Azuko lui rappelait un peu sa jeunesse. La période était prospère, on laissait souvent des offrandes à un autel à l'entrée des bois, car le Japon vivait une grande période de félicité sous la régence des Fujiwara. L'époque Heian apportait la félicité dans tout le pays, les yokai pouvaient vivre tranquillement et étaient respectés. La cour impériale vivait son âge d'or et faisait rêver tout le monde, y compris chez les kitsune. Beaucoup aimaient se mêler aux hommes et la cour impériale était le lieu qui attirait le plus, par sa noblesse, les arts, divertissements et tout ce qu'on y trouvait.


Tout ceci n'était pas pour Azuko pour le moment, qui devait faire son apprentissage. Lorsqu'elle atteignit deux cents ans, sa capacité à changer de forme se manifesta et elle obtint sa seconde queue. Une fierté pour une kitsune, qui lors de ce passage devenait adulte. Mais surtout en pouvant changer de forme, elle pouvait sortir des bois. Azuko en était impatiente de découvrir le monde mais l'aînée calma ses ardeurs. Elle lui rappela ce qui arrivait à celles qui étaient démasquées et Azuko devait apprendre à maîtriser son pouvoir.

-  Si se cacher derrière un masque semble protecteur, lorsque celui-ci tombe la vérité est une arme pouvant être destructrice entre les mains d'hommes aux cœurs sans pitié.

Azuko bouda pendant plusieurs jours, jusqu'à comprendre les paroles de son aînée jusqu'à maîtriser son pouvoir. Elle commença aussi à apprendre à maîtriser son orbe et continua d'apprendre le Taijutsu qu'on leur apprenait dès le plus jeune âge. Un siècle s'écoula à nouveau et elle alla plus loin que ce que l'on attendait, car elle pouvait changer son apparence au-delà de son imagination, pouvant en imiter, même si le temps était réduit et que cela n'était pas parfait. Elle avait obtenu également sa troisième queue et n'était plus une jeune adulte, mais une jeune aînée. Elle regretta que celle qui lui apprit tant ne puisse voir cela. Un jour elle était partie en balade avec une plus jeune aînée. Elles avaient fait une mauvaise rencontre, tombant sur des moines qui les avaient démasqué et ils n'appartenaient malheureusement pas à un courant voyant les kitsune comme bienveillantes. Elles furent traquées et seule la plus jeune des aînée revint. Azuko en fut terriblement attristée, mais malgré tout elle décida d'aller explorer le monde, cela était plus fort qu'elle et personne ne la retint tant cela était courant chez ceux de son espèce.


Elle commença par visiter les villages aux alentours, se faisant passer pour une simple vagabonde. Le monde des hommes était fascinant, il était bien plus intéressant de le voir de ses propres yeux que de le vivre à travers des récits. Elle poussa ses explorations de plus en plus loin, allant jusqu'à visiter de grandes villes, alternant vie auprès des siennes et parmi les hommes. Elle travailla à différents endroits : un atelier de tissage, comme serveuse, chez des pécheurs, comme musicienne, danseuse, chez un tisserand, chez un potier. Elle décida un jour de vivre à quelques kilomètres des bois dans un village. Elle travailla dans une rizière, y apprenant tout ce qu'elle pouvait et y découvrant de nombreuses autres choses. Ayant pris l'apparence d'une belle jeune fille, elle fut courtisée, elle en joua, mais ne céda jamais aux avances. La tentation était pourtant forte, surtout avec un jeune homme du village, fort et qui avait de l'esprit. En était-elle amoureuse ? Peut-être. Lui l'était en tout cas c'était certain. Mais les paroles de son aînée résonnaient à chaque fois dans son esprit et il avait un chien pour la chasse. Ce chien état un vraie limier et il la terrorisait, ce qui l'aidait à garder ses distances. Comme on disait par chez elle :

- Tout ce qui est canin est vilain.

Alors que les années s'écoulaient, elle vieillissait son apparence. Elle savait qu'elle devrait finir par s'en aller, ne voulant pas rester jusqu'à atteindre l'âge mûr. Cela finirait par attirer des soupçons qu'elle ne se marie pas et au-delà, qu'elle reste en vie quand les autres mourraient. Ainsi, du jour au lendemain, elle s'en alla et retourna auprès des siennes quelques temps. Elle y reprit de plus belle son entraînement d'autant que le pays changeait. Les affrontements entre hommes se multipliaient, de véritables armées se déplaçaient à travers les régions. Azuko quitta en cette période son statut de jeune aînée, obtenant sa quatrième queue. En ces temps menaçants, elle était attentive à ce qui se passait en dehors de leurs bois, car en cas de nécessité, elle faisait partie de celles vers qui les jeunes kitsune se tourneraient. Une vigilance qui n'était pas vaine, car l'ère de Oda Nobunaga débuta. Le général entama ce qui serait la réunification du Japon. Durant cette période,  les armées n'hésitaient pas parfois à couper à travers des bois, qu'elles auraient autrefois contourné car elles les savaient sacrés. Mais les généraux étaient moins regardant sur les croyances à ce moment là, car la guerre n'attendait pas. Avec l'aide des autres aînés, Azuko fut obligée de déplacer leur communauté dans un autre bois sacré, où une autre communauté de kitsune les accueillit. Plusieurs années s'écoulèrent et elles finirent par pouvoir retourner dans leur territoire. Le pays était plus tranquille mais encore instable, les successeurs de Nobunaga poursuivant l'unification.

Azuko reprit ses errances dans la région pour prévenir sa communauté en cas de risques. Elle constata que l'unification était loin d'être achevée, le pays en proie à un certain désordre. Elle décida de faire coup double, en obtenant renseignements pour les siennes et aider à rétablir l'ordre. Elle enquêta et fouilla pour dénicher certains secrets des armées et atteindre une section d'espions de l'armée. Ainsi elle devint kunoichi, une femme ninja, telles qu'on les désignait à l'époque. N'y voyez pas une assassine, leur mission consistait à espionner, s'infiltrer et faire des sabotages. Elle s'y présenta comme novice, mais avec assez de potentiel pour être instruite puis envoyée en mission. Il était intéressant d'apprendre à faire ce genre de choses sans utiliser ses pouvoirs, car après tout, il fallait savoir parfois agir sans se reposer que sur eux. A l'époque cela était possible d'utiliser certains subterfuges, les gens avaient plus de naïveté qu'aujourd'hui. Ses activité durèrent jusqu'au début de l'époque Edo. Le japon était unifié et en même temps que son groupe fut dissous, elle disparu à nouveau et rentra parmi les siennes un temps, puis repartit à nouveau.


Cependant la paix ne fut que de courte durée pour les kitsune et pour les yokai de manière générale. Les Tokugawa à la tête du régime décidaient d'imposer un culte envers eux. Cela remuait les croyances du pays venant se mêler aux anciennes. Mais le plus grand danger venait des occidentaux. Ils avaient commencer à échanger avec le pays et désormais leurs prêtres parcouraient les régions pour convertir les populations.

- Les croyances peuvent être puissantes et si elles forgent une culture, elles peuvent aussi les détruire.

C'est ce qui résuma le conseil des aînés dont Azuko était désormais à la tête, étant désormais une renarde à cinq queues. Si les gens ne croyaient plus dans les yokai, alors ils ne les respecteraient plus, peut-être seraient-ils tous perçus comme des démons systématiquement. Et quand serait-il des kami ? En ce qui concerne les kitsune d'Inari, le kami les invita à rejoindre les temples qui lui étaient dédiés où sous sa protection, nul ne leur ferait mal, car les prêtres occidentaux étaient impuissants devant ces temples ancestraux et les croyances qu'ils portaient. Cependant Azuko eut une surprise alors qu'elle avait conduit sa communauté au temple de Kyoto. Si le grand prêtre lui permit d'y rester un temps, elle ne pourrait y rester après que le plus ancien des kitsune des lieux, un renard à 7 queues ait parlé.

- Les voix d'Inari sont celles des puretés blanches comme le riz et n'égale pas la blancheur qui est vôtre.

Si Azuko comprit qu'elle n'était pas liée à Inari, elle ne comprit pas ce qu'il en était. Elle demanda au kitsune d'où venait-elle alors ? A qui était-elle liée ?

- La réponse est quelque part en ce monde, un secret caché quelque part, dont ni Inari ni ses voix ne peuvent connaître.

En soit Azuko n'était pas surprise de cela, elle avait toujours senti qu'elle était différente de ceux qu'elle considérait comme ses pairs. Mais cela était resté un sujet mis de côté, qui n'était pas jugé nécessaire, dans une communauté certes liée à Inari mais mineure par rapport à celle de Kyoto. En soit, cela n'était pas gênant si elle était restée, elle avait prouvé de quel côté elle était depuis longtemps. Mais Inari à travers ce kitsune ne prenait pas de risque avec quelqu'un dont l'origine restait inconnue, en ces temps incertains. Elle accepta donc les choses et après quelque semaines, elle s'en alla pour la capitale.



La capitale était un lieu fascinant tant il était riche et actif. En cette ère Edo, l'agriculture connaissait une forte activité dans tout le pays, mais aussi des produits de luxes. Azuko explora cette voie là, y découvrant l'art des parfums et leur confection. Elle revint également un temps au tissage et par ces voies, elle approcha la noblesse et fut même invitée à la cour, où elle attira les regards, ainsi que l'intérêt par son apparence et son esprit. Il y eut plusieurs prétendants mais celui qui parvint à la conquérir était un riche marchand, un artisan orfèvre. L'homme était plus âgé qu'elle par rapport à son apparence du moment et vivait seul, sans héritier. C'était un homme charmant, de grand esprit, ce qui plut à Azuko. Elle l'aima, mais se refusait de l'épouser à cause de sa nature et ayant bien en tête les récits sur d'anciennes kitsune, comment celles-ci avaient fini par y perdre la vie. Le destin décida pour elle qu'elle en serait l'issue. Un courtisan rival le fit assassiner, espérant devenir par ce fait le nouveau prétendant. Elle ignorait qui était à l'origine, mais elle savait que c'était l'un d'entre eux. Elle prit la fuite, emportant avec elle l'argent qu'elle avait accumulé et le plus de biens possibles.

Elle partit vers Nagoya, la cité portuaire apportant son nombre d'opportunité. Dans un premier temps, elle travailla comme musicienne, jouant dans des établissements et un soir elle remarqua un groupe d'hommes et de femmes savants. Elle ne fit rien, les observant plusieurs semaines, écoutant ce dont ils parlaient à voix basse, son ouïe fine l'aidant. Un soir alors qu'elle passait à côté d'eux, elle les entendit évoquer le cinabre, un matériau légendaire pour l'époque, qu'on disait être du sang de dragon. Leur problème était que le matériau explosait quand il était chauffé. Elle profita de l'occasion et se pencha pour glisser à l'oreille de celui qui semblait être leur chef, que le cinabre contenait peut-être du souffre, responsable de l'explosion. L'homme fut surpris et elle repartit le laissant avec ses camarades interrogatifs. Quelques jours plus tard, il vint la trouver pour qu'elle lui explique son raisonnement. Elle lui dit donc que si le cinabre étant du sang du dragon, trouvé près de leurs repères, souvent des volcans, alors les gouttes de sang devaient se mêler au souffre sur le sol. En se solidifiant, ce sang devenait cinabre mais contenait du coup du souffre. L'homme fut admiratif de son esprit et il ne fallut plus qu'un pas pour qu'elle se retrouve dans leur groupe, apprenant l'alchimie à leur côté.



Les membres étant  tous âgés, elle était chargée des missions sur le terrain. Aussi, elle passa plus de temps en vadrouille pour eux comme assistante qu'en laboratoire. Mais cela lui convenait, elle emportait avec elle à chaque fois des ouvrages qu'ils lui prêtait pour les lire durant ses voyages. Une période encore riche pour elle en instruction, qui lui permettait en plus facilement d'exercer ses talents de kitsune quand elle était seule, loin de tout. Elle profita de ces errances pour trouver les réponses de ses origines mais en vain car beaucoup de kami semblaient s'être retiré. Mais cela ne l'empêcha pas de progresser encore et sa sixième queue apparut. Après tout peu importait d'où elle venait, cela ne changerait pas ce qu'elle était et qui elle était. Quelques temps plus tard, les alchimistes prirent tous un disciple pour assurer la relève et pour ce qui était du terrain on lui attribua une jeune femme d'à peu près son âge apparent. Elles firent de nombreux voyages ensemble, Azuko lui apprit tout ce qui lui était nécessaire pour savoir entreprendre ces voyages en sécurité et trouver les renseignements ou matériaux qu'on leur demandait. On peut dire qu'elles étaient plus que disciple et sensei, car elles devinrent amantes un temps, jusqu'à ce que l'élève puisse voler de ses propres ailes et ait ses propres missions. Le groupe d'alchimiste se divisa, à cause de philosophies devenues différentes. L'une choisie une voie, l'autre de disparaître car il était temps. Comme le dit toujours Azuko :

- Un yokai doit toujours choisir entre le fil du destin des mortels et les secrets que renferment son propre fil.

Azuko choisissait de préserver le secret de sa nature et si vieillir sa fausse apparence était une solution, cela ne pouvait durer qu'un temps. Cela avait toujours été comme ça, elle connaissait cela depuis longtemps. Un demi-siècle s'écoula où elle vit selon ses errances, faisant selon les opportunités du moment. Le pays et le monde changeaient se dirigeant vers les temps modernes et elle décida donc de revenir vers les grandes villes.



Azuko fit son retour à la capitale où l'industrie débutait. Cela était fascinant et lui offrait son lot de nouvelles choses à découvrir et à apprendre. Les premières machines à charbon et à vapeur étaient fabuleuses. Elle entra comme assistante pour un industriel, ce qui lui permit d'observer et d'apprendre, utilisant son temps libre pou appronfondir. L'ingéniosité des hommes était surprenante, un peu effrayante toutefois, déjà on pouvait se demander jusqu'où repousseraient-ils les limites. Le développement du pays était favorisé avec les échanges avec les américains et certains pays européens. Ce qui lui permit de côtoyer plus d'étrangers. Elle obtint sa septième queue et poursuivit son étude de l'industrie. Après les usines de Tokyo, elle passa un temps à Nagoya de nouveau pour les ports. Puis elle revint à Tokyo, avec un nouvel objectif en vue : l'Amérique. A force d'avoir parlé avec des américains, elle avait envie de voir leur pays qui semblait si riche et diversifié, mais aussi d'élargir ses horizons, hors du Japon.

La kitsune arriva sur la côté Ouest et décida de faire un voyage traversant le Sud et remontant au Nord-Est. Elle passa par la Nouvelle Orléans où naissait le jazz. Elle s'y arrêta quelques années, tant cet univers était différent de ce qu'elle connaissait, avce son ambiance unique. Elle enchaîna les apparences et emplois. Le monde connu une période troublée, quand la Première Guerre Mondiale éclata et elle observa avec réticence les fabrications d'armes et d'engins militaires plus avancés. Elle voyait ce qu'elle avait craint au début de l'industrie, que de voir les hommes repousser sans cesse des limites qu'ils ne devraient pas. Les guerres s'achevèrent et elle décida de partir vers New-York et les grandes villes  du Nord-Est. C'était les années folles et une autre ambiance plus débridée.



Elle découvrit l'une des plus grandes villes américaines, en totale effervescence. Elle n'avait jamais vu ça auparavant c'était un terrain de jeu des plus attractifs. Autant dire qu'elle ne manqua pas de choses à découvrir, une fois encore. Elle décida une période d'intégrer un lycée, car les écoles américaines étaient quelques chose d'à part. Cette expérience fut mitigée. Autant ce qui était cours de littérature, histoire, sport, art était intéressant autant certaines matières elle s'ennuyait ferme. Mais il y avait une ambiance étudiante qui rendait l'ensemble des plus amusants. Du moins un temps, car elle finit quand même par se lasser et elle s'embraqua du jour au lendemain vers Paris. Elle qui avait travaillé dans les produits de luxe, Paris était considérée comme le haut lieu. Elle y découvrit ce qui s'y faisait, mais aussi tous les arts de la ville. Elle fit d'autres capitales européennes, y restant dans  chacune quelques années. Londres, Berlin, Madrid, Rome,… . Ce monde moderne était depuis le début du siècle  celui du changement tant les choses évoluaient. Outre les avancées des hommes qui pouvaient inquiéter une autre chose lui déplaisait : les chiens. Depuis qu'elle avait posé les pieds en Amérique, il y en avait trop, beaucoup trop et dans certaines campagnes, les espaces étaient tellement grands là-bas qu'elle s'était retrouvée poursuivit plus de fois en quelques années que depuis sa naissance. Pourquoi ne faisaient-ils pas comme les chinois ? Les kitsune s'en porteraient mieux. Mais le chien étant le meilleur ami de l'homme, un monde sans canins n'était pas près d'arriver. Malheureusement. Si elle pouvait se débarrasser d'eux facilement, cela serait sans doute plutôt mal vu et elle serait démasquée. Elle ne donnerait alors pas cher de sa peau.


D'autant qu'elle eut sa huitième queue durant cette période. Si passé la cinquième elle avait compris qu'elle devenait une de celles que l'on pouvait considérer comme rares, celle-ci était importante et lui donna encore bien plus à réfléchir. Au-dessus d'elle, il n'y avait désormais plus que des kitsune légendaires, dont l'historie n'en comptait que trois connues. Si elle avait eu son rôle à jouer en tant qu'aînée, elle en avait un encore plus important sans doute désormais. Surtout que le Japon débutant son expansion, le pays vivait une période importante. Elle ne pouvait pas rester ici et repartit donc chez elle, d'autant qu'elle commençait à avoir le mal du pays.

Sa terre natale était en effervescence, avec cette nouvelle phase de son histoire. Azuko retourna à Kyoto où elle retrouva les plus jeunes kitsune qu'elle avait laissé, qui était devenues désormais des aînés. Le plus ancien des kitsune n'était plus là, remplacé par un autre, mais qui n'avait plus que six queues. A son arrivée elle créa la surprise, car personne n'avait vu jusque là de renard à huit queues. Bien qu'elle n'était pas liée à Inari, elle proposa son aide afin d'aider ceux de son espèce, peu importe à qui ils soient liés, qu'ils soient bienveillants ou non. Cette époque mettait plus à mal les yokai que jamais, les armées survolant et traversant le pays dans tous les sens. Ainsi pendant deux ans, Azuko parcouru le pays pour déplacer des communautés de kitsune, mettre à l'abri des isolés. Sa tâche fut relativement facile, même avec des malveillants. Son statut imposait un certain respect et les plus réfractaires, s'ils étaient tenté de l'attaquer savaient qu'ils ne pouvait pas lutter contre elle. Aussi elle imposa ses recommandations. Cela en était bien, elle n'obligeait personne après tout.

Ses activités s'intensifièrent quand débuta la Seconde Guerre Mondiale. Cette période fut la plus difficile de ce siècle, la plus incompréhensible pour elle. Azuko constatait que les hommes avaient repoussés les limites plus loin qu'elle ne l'aurait imaginé en voyant des hommes de son pays jouer les kamikazi et en entendant les rumeurs sur ce qui se déroulait en Europe et. Elle fut tentée un jour d'utiliser ses dons de voyance pour vérifier par elle-même ces bruits. Elle le regretta, ce qu'elle put voir lui donna la nausée, plus même elle en vomit et n'en dormit pas pendant plusieurs jours, lui faisant perdre foi en l'humanité à ce moment là. Elle continua de veiller sur les kitsune, mais aussi d'autres yokai, car il y en avait d'autres bienveillants parmi les autres espèces.

Alors qu'elle pensait qu'il ne pouvait rien avoir de pire à ce moment-là, on lui démontra que non. En Europe les allemands étaient tombés, les russes avançaient vers le Japon, poussant les américains à commettre un acte dont ils ne se rendirent compte de l'ampleur qu'après. Ils lâchèrent les bombes nucléaires d'Hiroshima et Nagasaki, dévastant le pays. Par chance, Azuko était dans une région éloignée. Mais elle sentit comme tous le sol trembler, vit le ciel changer de couleur au loin et sentit un déchirement profond dans sa poitrine.

Tout le monde qu'il soit yokai ou humain dû se remettre du choc, les américains occupant le pays. Azuko poursuivit sa mission, s'assurant que ceux qu'elle avait mis à l'abri allaient bien avec ces militaires étrangers partout. Constatant la douleur des populations, elle retrouva un peu foi en l'humanité ou du moins une partie d'entre elle. Dans ces histoires il y avait des innocents, des gens bien face à des personnes malveillantes, des monstres ou des fous. Haïr tous les hommes, tous ces américains auprès de qui elle avait vécu longtemps, revenait à faire de quelques cas une généralité. Le temps s'écoula et si le Japon n'était pas remis le monde avait retrouvé son calme, malgré la Guerre Froide. Une vingtaine d'années s'étaient écoulées et le monde entra dans une période qui laissa beaucoup de traces.



C'était le début des années soixante et Azuko revint finalement aux États-Unis, plus précisément en Californie. Elle avait rencontré un américain grand amateur de l'océan et du surf. L'idée de surfer sur les vagues était fascinante, très attirante (l'américain aussi) et elle fut tentée par l'expérience, mais après ce qui s'était passé, elle n'avait guère envie de retourner là-bas. Cependant elle se rappela de ses propres réflexions, de ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Quand il lui proposa de le suivre, elle accepta et ce fut les joies de la Californie, des vagues et du surf. Cela dura deux trois ans et elle se sépara de lui, repartant en voyage à travers le pays. Cela n'était pas difficile, bien moins qu'auparavant, car c'était le cœur des années soixante et des hippies. L'époque du peace and love, de nombreux échanges et rencontres, mais aussi de découvertes, car elle y apprit entre autre la guitare. Une époque et des communautés formidables dont l'événement légendaire fut celui de Woodstock. Azuko y était et…. Cela ne fut sans pareil par la suite, aucun festival n'égala ce moment. Cette période était pour elle aussi des plus rafraîchissante car elle n'y faisait que s'y divertir, dans l'insouciance comme quand elle était jeune kitsune. Cependant tout n'était pas rose, car elle devait faire preuve de vigilance plus que jamais entre les chiens, mais aussi l'alcool qui pouvait faire qu'elle révèle sa vraie nature. Bien qu'elle avait moins de crainte si cela arrivait par rapport à la mentalité des hippies, elle restait prudente car ils restaient des hommes et elle restait un yokai.

-Quelque soit la lumière qui éclaire les esprits, il y a des fossés qui ne peuvent être comblés, se disait-elle.

Les années soixante s'achevèrent, laissant place à une nouvelle décennie. Azuko retourna au Japon. Non par manque de choses à faire ou découvrir, mais par besoin de retourner au pays et parce que dans ce monde qui évoluait très vite désormais, laissant moins de place aux esprits, alors qu'au Japon les traditions perduraient.



Malgré ses aspects traditionnels le Japon connaissait une modernité croissante au fil des ans et on ne peut pas dire que Azuko regretta d'être revenue. Non seulement elle se sentait bien car on était jamais mieux que chez soi, mais aussi parce que de nouveaux horizons ludiques et culturels s'ouvraient à elle. La kitsune devint ce que l'on qualifia d'otaku, se plongeant dans les mangas, les animés, fréquentant les salles d'arcades, se déplaçant en patins à roulettes, baladeur sur les oreilles. Elle était plus que jamais comme les autres jeunes de cette époque. Elle fréquenta un moment une hackeuse qui lui appris beaucoup de choses en informatique, mais leurs chemins se séparèrent quand la dite hackeuse se fit arrêter.

Étant sans compagne et compte tenu de l'évolution de ce monde Azuko décida qu'il fallait qu'elle trouve un moyen de s'établir. Rassemblant ses économies, se débarrassant de vieilleries qu'elle avait accumulé mais qui valaient leur pesant de yens par leur ancienneté chez les antiquaires. Avec quelques combines et relations pour ce qui était de la paperasse, elle rassembla assez pour se payer une villa  à Tokyo. Une affaire, grande avec un jardin ,mais pas chère car elle était en mauvais état et en plus on la disait habitée par un esprit. Ce qui n'était pas une rumeur, il y avait bien le fantôme d'un homme, celui qui avait construit cette maison. Comme parfois les esprits restaient sur Terre parce qu'ils avaient une dernière chose à accomplir, elle essaya d'entre en communication avec lui. Elle se rendit compte qu'il s'agissait juste d'un esprit frappeur qui avait décidé seulement de casser les pieds. Elle chercha donc dans l'exorcisme et mit en place la solution pour le renvoyer où il devait être.

Ceci étant fait elle enchaîna à nouveau diverses activités pour gagner sa vie et remettre en état son logement. L'avantage était qu'en tant que kitsune elle avait tout le temps. La seule chose était de veiller à garder une discrétion dans le quartier. Ce qui était facile, il lui suffisait au bout d'un certain nombre d'années de changer d'apparence quand elle sortait et le voisinage penserait à une nouvelle habitante. Il était laissant d'avoir son chez elle et pouvoir y entasser tout ce qu'elle avait accumulé et entassé à droite et à gauche, pouvoir même en rajouter désormais sans se poser la question du « où vais-je bien pouvoir le mettre ? ». Ce qui allait donc lui permettre aussi d'en entasser encore plus.

Comme elle n'allait pas se contenter de petits jobs, elle fit beaucoup de choses durant soixante ans dans des métiers qui payaient bien, mais qui étaient amusants et/ou enrichissants. Elle fut entre autre, enseignante, assistante dans un musée, un temps journaliste presse. Elle fit un peu de mannequinat et servit de modèle quelques fois. Dans les années 2000, elle le fit pour un designer en jeux vidéo, avec qui elle finit par avoir une relation éphémère. Elle ne le revit jamais mais quelques temps plus tard, sa surprise fut grande de découvrir qu'elle avait servit de modèle pour un personnage d'un MOBA. Le destin était des plus joueurs quand le personnage en question était une kitsune. Sa vie de manière globale était assez joueuse, en cette période moderne. Si le monde connaissait encore des conflits, des catastrophes naturelles, le Japon n'était pas épargné les choses étaient loin de ce qu'elle avait pu connaître. Elle avait une vie plus stable et tranquille par rapport à avant, même si cela pouvait sembler relatif au vue de ce qu'elle faisait, mais cela l'était pour une renarde. Malheureusement, ceci n'était pas fait pour durer.



Dans un monde où les écarts entre certains pays n'avaient fait que s’accroître et où l'homme commençait à parvenir à rallonger sa vie et pallier des déficiences par la technologie, les repères de tous semblaient tomber, faute de limites, au point qu'un regain pour ce qui touchait au surnaturel, que cela soit venant des temps antiques ou des légendes se produisit. Du moins c'est ainsi que Azuko le perçut, voyant dans ces recherches le désir de revenir vers ce qui avait été oublié. Déjà certains se divisaient, des esprits* voyaient le moyen de revenir sur le devant de la scène, d'autres craignaient les conséquences d'êtres découverts. De son côté la kitsune restait prudente, tout dépendrait de ce qu'il en résulterait. Les esprits d'Orient avaient l'avantage d'avoir moins été oubliés, les conséquences pourraient être moindres pour eux. Du moins pour certains, car dans son cas, ayant dépassé le stade des kitsune courantes, cela ne serait pas forcément une bonne chose pour elle. Azuko ne prit donc aucun parti dans ses affaires là, restant cachée et attendant de voir l'issue, qui était prévisible. A force de se batailler entre eux, il ne fallut pas plus de trois ans pour que les esprits finissent tout simplement par se dévoiler au monde. Comme on pouvait s'y attendre les réactions furent diverses. Certains hommes étaient fascinés, d'autres effrayés, les réactions pouvant changer selon les esprits, certains étant plus bienveillants que d'autres. Azuko constata rapidement que ses prédictions étaient avérées, si au Japon les choses se passaient mieux, en ce qui concernait les kitsune c'était comme dans l'ancien temps. Celles qui avaient trois queues commençaient à attirer plus de méfiance et au-delà cela empirait. Malgré les bonnes intentions de certaines, il semblait que les hommes se méfiaient toujours autant de ce qui pouvait les dépassait. Il était donc clair qu'une huit queues comme elle se devait de continuer de rester à l'abri.

Certains esprits se battirent pour être reconnus et ils finirent par arriver à ce que l'ensemble des êtres surnaturels soient reconnus par l'ONU comme espèce appartenant au monde. Ce qui était une avancée mais qui ne changerait pas tout, car les mentalités étaient désormais créées dans les rapports avec les esprits, dont certains restaient désireux de retrouver leur statut passé. Être légitime ne changea rien pour elle, la kitsune conserva son mode de vie à l'abri. Son intuition lui disait que les choses n'allaient pas s'arranger, le monde était plein de signes qui annonçaient des novelles dissensions. Elle en avait vu par le passé et malgré les siècles écoulés, ces signes étaient toujours les mêmes. Les tensions entre pays s'aggravaient, les esprits étaient de moins acceptés. Elle vit de nombreux kitsune disparaître, plus qu'auparavant, car la société actuelle tolérait encore moins certains de leur comportements, alors qu'ils n'étaient pas plus malveillants qu'il y a des siècles, étant souvent plus des facéties qu'autre chose, pour embêter. Le pire étant que là où dans l'ancien temps certains étaient traqués par peur, elle y voyait ici plus de haine, de simple rejet tout simplement. Elle se sentait quelque peu impuissante, car tenter quelque chose revenait à se jeter en pâture, alors qu'elle était déjà parmi les dernières de sa classe, si ce n'était déjà la dernière, car elle n'avait pas croisé plus ancien que le renard à sept queues de Kyoto. C'était dommage car dans ces retrouvailles entre esprits et hommes, les premiers auraient pu y gagner en liberté, les seconds apprendre beaucoup.

Malheureusement ce qui fut le plus marquant de cette époque futt la découverte de l'orichalque par les hommes, aidés par des esprits, qu'elle ne pouvait pas juger sages. Ils auraient dû laisser ce matériaux où il était, l'homme avait assez de soif de puissance pour l'attiser encore plus. Une fois encore les pays les plus faibles en payèrent le prix alors qu'ils étaient ceux abritant ce minerai, voyant la guerre reprendre ou continuer sur leurs terres.

- Tout n'est que folie dans un mondé dénué de guide, disait-elle.

Les seuls guides étaient l'argent et le pouvoir qui dictaient plus que jamais les règles, dans un monde ou plus aucun esprit n'était là pour veiller à l'ordre des choses. Le monde avait perdu cela et que les intentions soient bonnes ou non des esprit voulant retrouver leur statut, le fait était que depuis leur retrait, les hommes avaient été laissés en roue libre, amenant à cette situation. Un soir, alors qu'elle était sur sa terrasse, elle leva les yeux vers le ciel étoilé, qui était des plus beau. Mais  la kitsune sentit les larmes lui monter et couler sur ses joues car ses yeux ne voyaient pas ce ciel, mais des images d'un avenir redouté et qui serait sans doute proche...



Cela débuta par la découverte de l'existence des êtres célestes, obligés de sortir de l'ombre à cause de la recherche d'orichalque. Bien que les fouilles étaient contrôlées par l'ONU, ils risquaient de réveiller la menace que représentait Lucifer. Comme beaucoup elle avait lu l'histoire de l'ange déchu dans des livres, mais en tant que yokai, elle n'avait pas vu dans ces récits de légendes ou de contes, mais une histoire avec un fond de vérité, comme toutes celles mettant en scène des êtres surnaturels. Elle ne pouvait qu'avoir le cœur serré, car elle savait que sa vision ne posait qu'une question : quand est-ce que cela arrivait. Aurait-elle pu faire quelque chose en disant que cela allait se produire ? Les anges étaient sur le qui vive à ce sujet, leur intervention étant la preuve. Mais surtout cela n'aurait rien changé, car elle n'avait vu le chaos qu'après son départ et non comment il avait été provoqué ou par qui.

Le monde s'emballait et sa folie ne faisant que s'accroître. Méchas, exosquelettes et après les androïdes. L'homme après s'être augmenté désormais créé des êtres totalement artificiels. Elle regarda tout ceci comme spectatrice d'un monde semblant sur le point d'imploser. Elle n'avait pas envie de se mêler à tout cela, elle avait déjà assez faire pour assurer sa propre sécurité. Chaque jour devenait de plus en plus dangereux pour les esprits, si bien qu'elle ne quittait presque plus le Japon. Lors de sa dernière visite au temple d'Inari on lui avait rapporté des incidents de plus en plus fréquents avec ceux de son espèce, qui pouvaient être plus violents plus le kitsune avait de queues. Une décision des plus sages car Lucifer avait été libéré et la vision prémonitoire d'Azuko semblait se rapprocher de plus en plus…



Alors que l'humanité avait par le passé horrifié Azuko par ce dont elle était capable, cette fois-ci la kitsune se sentait quelque peu affligée par sa bêtise. Alors que Lucifer avait été libéré, les cavaliers libérés, le monde sombrant dans le chaos face à cette menace, les hommes poursuivaient leurs guerres. Azuko tenta tant bien que mal comme auparavant d'aider pour mettre à l'abri le maximum de ceux de son espèce. Mais cela était bien plus difficile qu'auparavant, car dans les anciens temps il s'agissait juste de se mettre en sécurité, mais cette fois-ci il y avait les androïdes et les amplifiés. De plus il ne s'agissait plus de conseiller des kitsune, certains avaient pris partis et il s'agissait de les convaincre de rester à l'écart. La tâche était d'autant plus dure qu'elle devait s'assurer de sa sécurité aussi. Pour cela elle se fit passer pour une renarde à cinq queues, mais malgré ce statut qui avait sa force, cela n'était pas suffisant et s'en donner plus en dévoilant son véritable statut était trop risqué.

Les combats faisaient rage, les alliances finirent par se faire pour contre Lucifer sous l'égide de Saint Gabriel qui essaya de rassembler tous ceux qu'il pouvait. Azuko hésita à prendre parti, d'autant plus qu'il y eut de la part des anges des recherches pour trouver les kitsune les plus anciennes, quand ils cherchèrent des alliés dans cette espèce. Elle fut tentée de se manifester, surtout pour faire part de sa vision. Mais il y avait un bien et un mal dans ce monde, l'un n'avait aucun sens sans l'autre, retenir l'un était impossible et ne pouvait entraîner qu'inéluctablement son retour. Le monde vivait par cycle, comme avec le jour et la nuit, les saisons, les ères et celle de l'ombre d'aujourd'hui finirait par voir la lumière revenir.

- La Roue du Temps tourne, les Ères se succèdent,... se rappela-t'elle des préludes des livres de Robert Jordan.

La question était pour chacun de connaître sa place et celle d'Azuko était claire depuis longtemps. Elle n'était pas là pour l'un ou l'autre, elle ne voulait agir qu'au besoin pour l'ordre des choses, si elle estimait et avait envie d'intervenir. En cette période, elle ne voyait rien d'autre que de rester à l'abri, car elle ne pourrait rien faire, les jeux étaient faits. Si elle pouvait prévenir le camp de Saint Gabriel d'une issue qu'ils connaissaient, cela ne servirait à rien, car de l'autre côté, Lucifer ne s'arrêterait pas, car ce chaos annoncé était son objectif.



La renarde n'oublia jamais les plus terribles jours de ces conflits, avec des cieux en flamme, les hommes ayant fini en dernier recours d'utiliser leurs armes de destruction massive. Des sons et des couleurs qu'elle n'aurait jamais voulu revoir, ni connaître ceux apportés par la libération totale des Enfers. Comme beaucoup, Azuko resta prostrée chez elle, sachant que sa vision était ce qui se déroulait à l'extérieur. Mais elle ne put y rester, beaucoup d'habitations subirent de lourds dégâts et la sienne n'y échappa pas. Plus rien à manger, plus d'eau, elle dû sortir, spectatrice de la désolation qui s'installait. Sa sortie fut non sans mal, les démons étaient partout, l'obligeant à devoir en combattre et pour cela elle n'eut guère de pitié pour ceux voulant lui barrer la route, n'en laissant pas prévenir de leurs camarades de sa présence.

- Il n'est jamais de bonne augure de faire face à une kitsune, dont les facéties ont laissé places aux crocs, dit-elle à l'un d'entre eux.

Ce qui était d'autant plus risqué plus la kitsune avait de queues et Azuko était de celles qu'il ne fallait pas prendre à la légère dans certaines situations. Arrivée dans un camp de réfugiés, elle apporta son aide n'ayant pas été blessée, seulement sonnée par ce à quoi elle assistait. Parmi les survivants deux camps s'installaient : ceux qui voulaient résister, ceux qui plièrent et rejoignirent les vainqueurs, devenant tout aussi monstres que les démons. Elle se contenta de s'occuper des victimes innocentes. Elle n'avait pas l'intention de suivre les fous qui voulaient continuer de suite le combat intensément, trop tôt en son sens et encore moins de suivre ceux qui avaient plié le genou devant le vainqueur, perdant leur nature en devenant aussi monstrueux que les démons, peut-être pire même qu'eux, mais cela l'homme avait déjà montré ses capacités à atteindre de telles extrémités.

Mais comme elle le pensait, le cours du temps était fait de cycle. Dans le chaos, il y eut dissension chez les démons, Lucifer et Saint Michel s'affrontèrent, la résistance en profita et renvoya les démons aux Enfers. Même si tout se déroulait sur un autre continent, Azuko ne pouvait qu'en être soulagée que le monde puisse retrouver un peu de calme, mais surtout d'échapper à la traque des esprits de Saint Michel. Cependant, les choses n'allaient pas être simples. Anciennes divinités, kami, esprits, tous étaient plus mal vus que jamais, il n'y avait plus de méprises comme avant, ils étaient tous mis dans le même panier. Elle retourna chez elle constatant les dégâts, tout étant dévasté. Elle ne savait pas trop quoi faire, dehors le monde était en ruine, les esprits traqués. Elle avait beau être sage et ancienne, elle se sentait perdue, dans un monde qui n'avait plus de repères véritablement et où elle ne semblait plus avoir sa place sans jamais avoir été démasquée.

Elle laissa le temps s'écouler, plus anonyme que jamais, vivant misérablement, n'usant de ses pouvoirs que pour obtenir ce dont elle avait besoin en cas de réelle nécessité, veillant à ne pas priver quelqu'un d'un bien dont il avait plus besoin qu'elle. Personne ne faisait attention à elle, dans une période où tout le monde devait se remettre de ce qui s'était passé. Elle se fondait dans le décor, évitant ainsi de subir le même sort que beaucoup d'autres esprits, dont elle entendait et voyait les informations diffusées sur eux. On annonçait chaque jour de nouveaux capturés ou éliminés, jusqu'au jour où le dernier tombé fut annoncé. Cela avait beau être un lycan, la nouvelle ne lui faisait pas plaisir. Cependant, pour les hommes cela en était finit des esprits. Ils étaient bien loin de la vérité, il en restait, elle en était la preuve et elle n'était certainement pas la seule.  Elle poussa un long soupir ce jour là, il ne restait plus qu'à laisser passer du temps et après...elle ne savait toujours pas quoi faire, ne trouvant plus rien chez les hommes et ce monde quelque chose l'attirant, écœurée de ce qu'était le monde maintenant alors qu'il avait eu tant de belles choses avant…

[/i]
avatar

Qui Suis-je
Race et Caractèristiques:
Pouvoirs et Faiblesses:
Métier et Placement Sociale:
Bibu kokonotsu kitsune
Bibu kokonotsu kitsune
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai actuellement : ~1300 ans
Ce que je ne veux pas que vous sachiez : Cema dépend de qui vous êtes :p
Dans la vie, je suis plutôt : Dynamique
Vous me trouverez : Si vous savez où je suis !
Fichiers : 67
Sur ED depuis : 05/10/2016
Avatar : Ahri
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Azuko, une renarde dans la ville Mer 19 Oct 2016 - 20:32

Suite


Histoire

Une poignée d'années s'écoula et un après-midi elle déroba quelques pommes sur un étal. Elle alla s'installer dans un coin pour croquer dans son butin, quand une silhouette lugubre s'approcha. Elle s'attendit à ce qu'elle passe devant elle mais celle-ci s'arrêta et lui demanda une pomme. En fixant dans les yeux celui qui avait l'apparence d'un homme, elle frissonna y reconnaissant un shinigami, qui lui même avait vu le yokai qu'elle était malgré ses oreilles et queues dissimulées. Azuko pensait son heure venue, car il n'était jamais bon d'avoir un yokai de la mort en face de soit, mais il la rassura disant qu'il était errant comme elle et aimait seulement les pommes. La kitsune sourit, trouver quelqu'un comme elle était un peu rassurant, elle se sentit moins seule. Le shinigami s'assit à côté d'elle et ils restèrent un moment silencieux. Le shinigami qui pouvait voir l'espérance de vie de tout être, finit par rompre le silence, en lui parlant doucement presque au creux de l'oreille. Il lui indiqua un lieu en occident, dans une cité qui se reprenait vie. Elle lui demanda ce qu'elle y trouverait et il se leva, lui demandant simplement si l'être plein de vie qu'elle était comptait véritablement rester comme cela. Elle le regarda disparaître et réfléchis longtemps, cherchant à nouveau un intérêt dans ce monde. Faute de réponse elle se dit qu'elle n'avait rien à perdre et elle partit vers le lieu indiqué.

Après divers détours et manœuvres l'obligeant à prendre l'apparence d'autres personnes, elle arriva à Neo-Génésis dont la construction avait déjà bien débuté. La cité était en effervescence mais pour l'heure elle n'y trouvait encore intérêt. Elle se dirigea vers le quartier Nord et trouva rapidement le lieu qui lui avait été indiqué. Elle entra et se retrouva dans un bar des plus classiques, les gens la regardant un peu bizarrement vu son état. Plus loin sur le fond, elle aperçu  un homme a l'air patibulaire, aussi grand que large qui gardait une porte. Elle avança vers lui d'un pas rapide, mais il tendit la main la stoppant.

- Du haut d'un sommet, je regarde cet homme. Je n'ai ni père, ni sœur, mais le père de cet homme est le fils de mon père. Qui est-il ?

Azuko réfléchit et la réponse lui vint assez rapidement.

- Son fils.

Le vigile ne dit rien et se décala ouvrant la porte. La kitsune s'engouffra, renfonçant sa tête dans sa capuche, découvrant un autre bar particulier, non seulement par son ambiance mais aussi par qui s'y trouvait car il n'y avait que des esprits. Elle avança jusqu'au comptoir, recula et fut un peu effrayée quand elle frôla un inugami. Elle s'arrêta devant le comptoir où derrière se tenait un homme….tout aussi particulier que les lieux. Il avait l'air viril, guerrier habillé de manière assez décalée. Elle resta devant le comptoir et l'homme demanda à qui il avait à faire et s'approcha d'elle. Sans doute à son allure s'attendait-il à une pouilleuse. Vif, il fit « sauter la capuche de la kitsune, découvrant son visage, Azuko ayant juste dissimulé ses oreilles et ses queues. Sans échanger plus de mots, il vit à son regard qu'il avait à faire à une âme perdue comme beaucoup ici. Aussi rustre pouvait-il avoir l'air au premier abord, il l'expédia pour qu'elle se lave et change de tenue. Ils discutèrent un peu, apprenant le nom de cet homme qui n'était sans doute pas humain, qui était Heliantan. Si elle expliqua un peu sa situation, elle garda pour elle sa nature et il n'en dit rien. Comme elle était belle femme, il lui proposa un poste de serveuse.

Le travail au bar était des plus banal, rien de passionnant pour elle qui avait toujours aimé que les choses lui apportent plaisir, expérience et savoir. Sa vie se poursuivait en un sens comme dans les rues, mais au moins elle avait un toit et de quoi manger. Il arrivait que certains clients l'approchent un peu trop, mais Heliantan veillait au grain pour cela. Il avait vu aussi sa crainte des esprits canins et évitait qu'elle les serve. Il n'en parlèrent jamais, mais il y a fort à parier qu'il ait plusieurs idées sur la nature d'Azuko. Au fil des jours, elle voyait Néo-Génésis grandir, les gens retrouvaient le sourire, la vie reprenait dans une cité qui commençait déjà à devenir exceptionnelle. De simples balades en dehors des heures du travail devinrent des explorations de la cité. Seishin commençait à naître de son côté et petit à petit elle reprit goût aux choses, finissant par redevenir comme avant. Un soir il y eut un déclic alors qu'elle était dans sa chambre. Elle avait envie de bouger, d'espace, elle en avait marre après ces années dans les rues puis cette trentaine d'années ici. Une sorte de renaissance se produisait, elle avait plus envie que jamais de s'amuser à nouveau, expérimenter, apprendre, mais aussi de voir son pays. C'était décidé, elle allait reprendre sa vie et alors que cette décision était prise, sa neuvième et derrière queue apparu.

Peut-être que tout cela était une épreuve, ce qu'elle avait du faire était au final la décision la plus sage, même si elle s'était égarée, le temps la faisant revenir vers ce qu'elle était vraiment, pour l'amener à ce statut. Azuko n'était plus une kitsune seulement à la grande longévité, elle était désormais une céleste et se sentait déborder d'énergie. Heliantan ne fut guère surpris qu'elle annonce son départ, la voyant chaque jour retrouver un dynamisme débordant. Ii s'en doutait donc que ce jour allait arriver et à vrai dire il était plutôt content de la voir comme cela plutôt que de la jeune femme morne qui s'était présentée. En échange d'un service plus tard, il lui procura un visa. Elle fit ses bagages et prit alors la direction de Seishin.



La kitsune arriva dans sur ce qu'étaient ses terres natales. Le décor était semblable à celui de Néo-Génésis à ses débuts, la différence se faisant seulement sur le style architectural. Elle retourna sur ce qui avait été chez elle, revêtant la dernière apparence de quand elle y était, la vieillissant d'une trentaine d'années. Elle put ainsi avec quelques manœuvres dont elle avait le secret, faire valoir en quelques sorte ses droits cette résidence et donc la reprendre. Après le désastre et les décennies écoulées autant dire que les lieux ne s'étaient pas arrangés. Par chance le toit n'avait pas été complètement ravagé et l'étage supérieur était le plus affecté. Son courage n'en fut pas pour autant entamé et elle était bien décidée à reprendre ses quartiers. Nettoyage, tri, elle commença par cela, regrettant certains « trésors » perdus. Par chance elle retrouva une caisse de bouteilles de saké qui avait survécu et de grande qualité. Ce qui serait destiné à Heliantan en échange de son visa. Comme elle l'avait fait auparavant, elle joua au bout de quelques mois les changements de propriétaires. Avec l'argent qu'elle avait de côté de ses années chez Heliantan, elle commença quelques travaux. Ce qui n'était pas suffisant, donc elle travailla dans un musée qui cherchait à rassembler le maximum de choses du passé.

Certaines périodes, elle retourna à Néo-Génésis où elle pratiqua de nouveau certaines activités qu'elle connaissait. Elle fit un retour dans les médias avec du journalisme pour un magasine, de la radio. Elle travailla un moment comme livreuse à vélo, ce qui n'était pas des plus intéressant dans l'apprentissage de nouvelles choses, mais qui avait son côté plaisant un temps. Elle revu Helianthan bien entendu, avec qui elle fit une sorte de partenariat. Elle lui rendait service en échange la plupart du temps de visas, pour renouveler celui avec son apparence presque normale (sans ses attributs de kitsune) ou pour d'autres qu'elle revêtait. Deux cent ans environ finirent par s'écouler depuis sa première venue à Néo-Génésis et le monde avait bien changé, s'étant relevé et elle aussi par la même occasion.

De nouvelles cités, organisations, des esprits pensés disparus. En un sens aussi regrettable cela avait pu lui paraître, ils y avaient gagné une sorte de tranquillité. Du moins ils n'étaient plus traqués, ce qui était une très bonne chose. Elle rechercha d'autres de son espèce mais elle n'en trouva pas. S'il en restaient d'autres, ils devaient se cacher comme elle l'avait fait. A vrai dire, elle pouvait en avoir eu sous le nez chez Heliantan. Elle même avait caché sa nature après tout.



Sa pensée sur le fonctionnement du monde n'avait pas changé ,sur le fait que tout était cyclique et qu'une période de paix finissait toujours par connaître la guerre qui ramenait la paix. Pas de démons ni esprits cette fois-ci, le sujet était les amplifiés qui via un groupe semaient le trouble. En donnant plus de pouvoir à l'homme, ceux-ci finissaient par avoir soif de domination. Une évolution qui ne pouvait qu'être prévisible.

- Le pouvoir est ambivalent, tantôt bienfaisant, tantôt malfaisant, seul le sage sait l'utiliser à bon escient, sans céder à la tentation d'en obtenir plus qu'il ne peut maîtriser, pensa-t'elle.

Malheureusement pour les humains, la majorité des membres de leur espèce faisait partie des mauvais élèves et ils en récoltaient les graines, une fois de plus. Azuko se contenta de rester loin de tout ça, ces histoires d'amplifiés ne la préoccupaient pas plus que cela. Cependant elle se montra plus prudente à Néo-Génésis où les humains voulaient appuyer plus que jamais leur domination. D'autant que certaines choses sortant de l'ordinaire de cette époque se déroulaient. Des rumeurs circulaient, les termes de créatures et esprits commençaient à sortir du bout des lèvres, l'obligeant à se montrer vigilante.

Un soir alors qu'elle avait fini sa journée de travail, comme photographe à ce moment-là, elle décida d'aller voir Heliantan. Prenant un raccourci dans une quartier un peu sombre, elle sentit que quelque chose n'allait pas, elle se sentait épiée. Alors qu'elle passait sous un pont, elle se retrouva encadrée par deux silhouettes la dominant largement. Deux oni semblaient décider à lui faire la peau. Pourquoi et comment l'avaient-ils repérée, elle ne chercha guère les réponses sur le moment, car les oni étant mauvais par nature. La renarde était sur le point de prendre sa vraie apparence et leur mettre une déculottée, les deux oni ayant mal choisi leur victime, quand une ombre sauta du pont pour abattre dans le dos un des deux. L'intervenant, en qui elle reconnu un lycan lui cria de se pousser et elle fit encore mieux : elle s'enfuit sur le champ sans demander son reste, la pensée que le lycan tuait les oni pour la dévorer traversant son esprit.

Une fois à l'abri, elle réfléchit tout de même sur ce qui c'était passé. Les deux oni avaient du la repérer allant chez Heliantan ou allant chez lui, sans savoir sa nature. Comme elle ne cachait que ses oreilles et ses queues là-bas, avec ses traits asiatiques ils avaient compris qu'elle devait être un yokai et n'avaient sans doute pas cherché plus loin. Arrivée au bar, elle raconta à Heliantan ce qui s'était passé et il lui confirma les petits faits et incidents récents. Il lui conseilla de retourner peut-être à Seishin qui se montrait plus ouvert sur une éventuelle réapparition des esprits, ceux-ci étant dans leur culture. Azuko fut de son avis et suivi ce conseil un temps, car au bout de quelques mois il finit par la voir revenir.



Et c'est dans ce monde en proie à de nouveaux changements que doit faire face Azuko, comme tous les autres habitants du monde. Si vous vous demandez à présent où elle se trouve, alors peut-être la trouverez chez elle, si vous savez où c'est. Sinon alors que vous êtes assis à une terrasse de Néo-Génésis peut-être est-ce la jeune femme qui passe en roller devant vous ou celle lisant assise sur un banc. Allez savoir, peut-être est-ce la présentatrice météo sur l'écran ou n'est-elle pas à votre vue mais c'est elle qui a écrit l'article de votre journal ou prit la photo d'une page. Elle peut être aussi le modèle posant pour un vêtement. Mais si vous sentez qu'on vous tapote l'épaule en disant « chat », alors c'est que vous aurez perdu, elle vous aura trouvé avant, du moins si elle vous cherche.

*Azuko étant yokai, le terme désignant tous les esprits du Japon, elle utilise esprits pour désigner les créatures surnaturelles.










Kitsune

Nom connus :
- femmes-renardes
- renardes ou renards à x queues (jusqu'à 9)
- myôbu pour les bienveillants associés à Inari, nogitsune pour les malveillants
- nom selon leur type : bakemono kitsune, reiko, kiko, koryo, tenko ou kyubi (pour ceux à neuf queues)

Origines :
Les origines des kitsune ne sont pas véritablement connus. On peut cependant supposer que beaucoup d'entre eux étant liés au dieu du riz Inari, ils sont une création des kami.

Apparence :
Les kitsune peuvent être des femmes ou des hommes, mais on trouve plus généralement des femmes. Ils peuvent se présenter sous forme d'un humain doté d'oreilles et d'une ou plusieurs queues de renard ou sous forme de renard. Le nombre de queues qu'ils possèdent dépend de leur âge et de leur savoir. Tous naissent avec une première queue, la seconde apparaissant aux alentours de 100 ans. Par la suite, tous les 100 ans environs, avec l'âge et un savoir suffisant acquis, ils en gagnent une supplémentaire. Ils peuvent ainsi avoir huit queues autour de leur 800 ans. L'obtention de la neuvième queue demande plus de temps, environ 200 ans, car elles élèvent un kitsune à un autre niveau. Ainsi les renards à neuf queues dépassent les 1000 ans. Les plus courants ont entre 1 et 3 queues, jusqu'à 5 on parle des aînés. Au-delà, ils commencent à être de plus en plus rares que leur nombre de queues augmente jusqu'à 8. Quant à ceux à neuf queues ils se comptent généralement sur les doigts d'une main, tant ils sont rares et de nature exceptionnelle.

Mode de vie :
S'ils vivent entre kitsune à leur naissance, ils ont toujours été attirés par les humains. Grâce à leur savoir et leur capacité de modifier leur apparence, ils peuvent facilement se mêler à eux. Les femmes-renardes sont connues à travers les récits pour avoir cherché à se marier avec des humains, l'issue dépendant si elles sont démasquées ou non et de la réaction de leur époux. Généralement ils sont perçus comme des individus remarquables par leur beauté dans l'apparence qu'ils prennent, mais aussi leur savoir. Cependant une fois démasqués ils sont souvent perçus comme des démons ayant voulu tromper pour commettre le mal, même si leurs intentions étaient bonnes et sincères. Ce qui est systématique pour ceux à neuf queues qui sont plus redoutés.

Ainsi nombreux sont les kitsune finissant par quitter leur communauté pour vivre parmi les hommes et de la même manière qu'eux, malgré les dangers que cela peut représenter pour eux et les malheurs qu'ils peuvent vivre.

Régime alimentaire :
Les kitsune sont omnivores mais raffolent du kitsune udon, un plat de tofu cuit.

Faiblesses :
La principale faiblesse des kitsune réside dans leur capacité à masquer leur nature. Dans tous les récits nous étant parvenus à leur sujet, l'issue est à chaque fois la même : le ou la kitsune se fait démasquer et les conséquences pour lui sont souvent facheuses. Démasqués par quelqu'un détenant un pouvoir de divination, surpris un moment où ils reprennent leur vraie apparence, trahis par une baisse de vigilance quand ils sont saouls, font partis des cas courant. Leur nervosité en présence d'animaux canins ou de créature ayant une ascendance/part canine est également un point faible. Chez certains, cela atteint un tel point qu'ils en reprennent leur véritable apparence.

Une imperfection dans l'apparence qu'ils prennent, qui peut être encore plus visible dans le cas d'une personne imitée, peut également les trahir.

A l'instar d'autre créatures surnaturelles, ils n'ont pas de faiblesse spécifique face à un type d'arme particulier.

Reproduction :
Leur reproduction est normale. L'accouplement entre deux kitsune donnera un kitsune, entre un kitsune et un mortel un mortel doté de certains pouvoirs de kitsune.

Espérance de vie :
Les kitsune sont immortels, cependant dans les faits beaucoup ont été chassés par le passé, jugés souvent maléfiques (surtout les neuf queues qu'ils soient bienveillants ou non dans le fond). Leur âge peut se deviner à leur nombre de queues (cf apparence).

avatar

Qui Suis-je
Race et Caractèristiques:
Pouvoirs et Faiblesses:
Métier et Placement Sociale:
Bibu kokonotsu kitsune
Bibu kokonotsu kitsune
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai actuellement : ~1300 ans
Ce que je ne veux pas que vous sachiez : Cema dépend de qui vous êtes :p
Dans la vie, je suis plutôt : Dynamique
Vous me trouverez : Si vous savez où je suis !
Fichiers : 67
Sur ED depuis : 05/10/2016
Avatar : Ahri
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Azuko, une renarde dans la ville Sam 22 Oct 2016 - 16:49
Petit post pour vous signaler que j'ai fini ! Bonne lecture et merci d'avance pour les retours /o/
avatar

Qui Suis-je
Race et Caractèristiques:
Pouvoirs et Faiblesses:
Métier et Placement Sociale:
Bibu kokonotsu kitsune
Bibu kokonotsu kitsune
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai actuellement : ~1300 ans
Ce que je ne veux pas que vous sachiez : Cema dépend de qui vous êtes :p
Dans la vie, je suis plutôt : Dynamique
Vous me trouverez : Si vous savez où je suis !
Fichiers : 67
Sur ED depuis : 05/10/2016
Avatar : Ahri
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Azuko, une renarde dans la ville Dim 23 Oct 2016 - 18:17
Bonjour! Et non, je ne suis ni admin, ni modératrice (donc désolée si tu as cru le contraire^^). Je tenais juste à dire que j'ai lu ta présentation et ton histoire en entier et que j'ai vraiment été prise par les aventures d'Azuko. Donc en tant que toute jeune rôle-playlist, j'ai été particulièrement impressionnée par ton style d'écriture et je tenais à t'en faire part. J'espère que lorsque je serai validée (enfin j'espère^^) nous pourrons faire un rp ensemble!
Bonne fin de Week-End!
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Azuko, une renarde dans la ville Dim 23 Oct 2016 - 18:34
Waow Shocked

Je te remercie, ça me fait énormément plaisir comme retour /o/

Pas de soucis, ne t'inquiètes pas, il n'y a pas eu de fausses surprises je sais qui doit rôder sur ma fiche pour l'examiner X)

Ça sera avec plaisir de rp avec toi quand nous aurons nos validations, en plus j'adore les Valkyries :p

Bonne fin de journée toi aussi Wink
avatar

Qui Suis-je
Race et Caractèristiques:
Pouvoirs et Faiblesses:
Métier et Placement Sociale:
Bibu kokonotsu kitsune
Bibu kokonotsu kitsune
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai actuellement : ~1300 ans
Ce que je ne veux pas que vous sachiez : Cema dépend de qui vous êtes :p
Dans la vie, je suis plutôt : Dynamique
Vous me trouverez : Si vous savez où je suis !
Fichiers : 67
Sur ED depuis : 05/10/2016
Avatar : Ahri
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Azuko, une renarde dans la ville Mer 26 Oct 2016 - 18:32
Bon aller, je t'ai assez fait poireauter.
Je serais assez tenter de t'embêter avec les quelques coquilles qui traînent et ta fin qui va un peu vite (un peu las peut-être ? XD) avoue que se serait de bonne guerre :p

Mais comme ta fiche est bien construite, la chrono est méticuleusement respecté et ta description de la race est tout a fait correcte. Du coup, je vais être gentille et jte valide !


Félicitation !


Bienvenue chez les fous !

Félicitation !!


Tu a passé l'épreuve du feu et après des heures de réflexion et de rédaction, te voilà enfin validé !! Ton aventure dans notre monde de fou peut commencer.

Ne t'affole pas, comme nous sommes des nounours, en plus de t'offrir un cookie en récompense de tes efforts, nous allons te guider afin que tu puisse t'intégrer au forum, à la communauté et surtout, à notre histoire. N'oublie pas, à partir de maintenant, chacun de tes choix seront déterminant, non seulement pour ton futur, mais aussi... Pour celui de la Cité et peut-être même, du monde entier.

Aller, inspire un grand coup et jette toi à l'eau, oui, oui, sans maillot, de toute façon, tu sera obligé de te mouiller et voir même, t'y mettre jusqu'au cou !

En ligne
avatar

Qui Suis-je
Race et Caractèristiques:
Pouvoirs et Faiblesses:
Métier et Placement Sociale:
L'oeil qui voit tout
L'oeil qui voit tout
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis : Féminin
J'ai actuellement : Un âge indéterminé et indéterminable !

Ce que je ne veux pas que vous sachiez :

Je suis partout, tout le temps, mais vous ne me voyez pas et c'est très bien ainsi.
Je peux intervenir dans votre vie, la tenir entre mes mains, la manipuler, sans vous demander votre avis.
Je suis votre créateur. Je suis Tout et je suis la depuis le début. Si vous y êtes aussi, c'est seulement parce que je le veux bien.


Dans la vie, je suis plutôt : Mauvaise
Vous me trouverez : Quelque part
Fichiers : 335
Sur ED depuis : 14/05/2016
Avatar : Inconnu
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Azuko, une renarde dans la ville Jeu 27 Oct 2016 - 1:31
De bonne guerre ? Je vois pas pourquoi

Hmmm la fin je redoutais un peu qu'on ait cette impression, alors qu'en fait non je n'ai pas eu de lassitude au contraire même :3
C'était plus une question de contenu, je ne voulais pas faire lourd par rapport aux événements, alors qu'elle était plus en retrait. Donc du coup j’ai limité aux événements véritablement majeurs pour elle ^^'

Merci de ta gentillesse :p

*Dévore le cookie et regarde les indications pour la suite*
avatar

Qui Suis-je
Race et Caractèristiques:
Pouvoirs et Faiblesses:
Métier et Placement Sociale:
Bibu kokonotsu kitsune
Bibu kokonotsu kitsune
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai actuellement : ~1300 ans
Ce que je ne veux pas que vous sachiez : Cema dépend de qui vous êtes :p
Dans la vie, je suis plutôt : Dynamique
Vous me trouverez : Si vous savez où je suis !
Fichiers : 67
Sur ED depuis : 05/10/2016
Avatar : Ahri
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Azuko, une renarde dans la ville Jeu 27 Oct 2016 - 10:11
Ma bonté me perdra :p

Aller, hop, au boulot, t'as des formulaire à remplir XD
En ligne
avatar

Qui Suis-je
Race et Caractèristiques:
Pouvoirs et Faiblesses:
Métier et Placement Sociale:
L'oeil qui voit tout
L'oeil qui voit tout
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis : Féminin
J'ai actuellement : Un âge indéterminé et indéterminable !

Ce que je ne veux pas que vous sachiez :

Je suis partout, tout le temps, mais vous ne me voyez pas et c'est très bien ainsi.
Je peux intervenir dans votre vie, la tenir entre mes mains, la manipuler, sans vous demander votre avis.
Je suis votre créateur. Je suis Tout et je suis la depuis le début. Si vous y êtes aussi, c'est seulement parce que je le veux bien.


Dans la vie, je suis plutôt : Mauvaise
Vous me trouverez : Quelque part
Fichiers : 335
Sur ED depuis : 14/05/2016
Avatar : Inconnu
Revenir en haut Aller en bas
Azuko, une renarde dans la ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» un loups dans la ville ainsi que des pirates et un chasseur sans m'oubliez moi ainsi que les civils...
» « Une femme de rêve dans une ville de rêves. »
» Promenade en ville ( libre ) suite
» La ville c'est comme la jungle, avec les gens en plus. [James Lear]
» NOTRE ROLE , LE ROLE DES JEAN DANS LE MALHEUR D' HAITI !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal Drowsiness :: Registres :: Registres de recensement :: Registres Classés :: My Only Boss-
Sauter vers: